Le DIY : entre loisir créatif et mode de vie

Le DIY, on en devient vite accro !

Simple loisir créatif pour certains, véritable mode de vie pour d’autres, le DIY ne cesse de faire de nouveaux émules. Il faut dire que c’est une activité qui possède tellement de facettes différentes qu’elle a de quoi séduire tout le monde, qu’importe l’âge.

Si vous n’êtes pas encore au fait de ce courant phare du 21ème siècle, on vous explique ici en quoi il consiste exactement, quels sont ses grandes tendances et surtout quels sont ses principaux atouts.

Le DIY, c’est quoi exactement ?

Avant de devenir une véritable philosophie et une façon de vivre, le DIY n’est à la base qu’un simple anglicisme. Une contraction de « Do It Yourself » qu’on pourrait traduire par :

  • Fais-le toi-même
  • Fais-le par toi-même
  • Fait maison

Les traductions sont d’ailleurs assez claires : le DIY, c’est tout simplement le fait de créer, de fabriquer, de transformer ou même de réparer quelque chose par soi-même. De ne pas être un simple spectateur ou un consommateur. De participer à la réalisation finale !

Bien plus vieux qu’on ne le pense, c’est un courant qui est apparu dès le début de 20ème siècle et qui a gagné en popularité dans les années 70, surtout auprès des jeunes adultes américains. Si on a l’impression que c’est beaucoup plus récent, c’est parce qu’internet lui a donné un vrai coup de projecteur à la fin des années 2010.

Le nombre de blogs présentant toutes les facettes du DIY a explosé, les gens se sont rendus compte que c’était un concept qui pouvait être appliqué à de nombreuses activités à la maison. En plus, comme le matériel et les ressources nécessaires sont devenus à, ce moment-là, encore plus facilement accessibles, beaucoup ont été convaincus de s’y mettre.

Et à l’heure actuelle, la popularité du DIY ne faiblit toujours pas. Bien au contraire !

Il faut dire que l’essence-même de cette activité possède de quoi séduire n’importe qui. Le DIY, on le pratique déjà au quotidien, quand on se prépare un bon petit plat, par exemple, ou qu’on fait un ourlet sur un pantalon trop long. Faire les choses soi-même possède quelque chose de véritablement enthousiasmant, rien que pour la fierté que ça nous apporte.

Quel plaisir de dire : « C’est moi qui l’ai fait ! ».

Avec la magie d’internet et la connexion instantanée entre tous les adeptes de DIY, on se rend d’ailleurs aujourd’hui compte que les domaines d’application sont presque infinis. Loisirs créatifs, upcycling, botanique, bricolage… il y en a vraiment pour tous les goûts. De quoi intéresser tout le monde !

PaperCraft Animaux

Les grandes tendances en DIY

La cuisine et la pâtisserie

Ce sont des activités qu’on ne pense pas à mettre dans la catégorie DIY, et pourtant, rien de plus « fait-maison » que la cuisine et la pâtisserie. C’est d’ailleurs l’activité la plus pratiquée pendant le temps libre, et il n’est pas très difficile de comprendre pourquoi. En plus de servir un besoin essentiel, elle permet d’être créatif et elle peut même être partagée en famille !

Le bricolage et la déco

Depuis quelques années, le bricolage et la déco sont devenus de vrais hobbies. Le DIY permet d’ailleurs de démultiplier les possibilités, notamment avec le courant récent de l’upcycling qui consiste à prendre de vieux objets et à les transformer pour leur donner un nouvel usage. Il est alors possible de libérer son imagination et de détourner pleins d’objets pour une déco à la fois originale et éco-responsable.

La peinture et le dessin

Elles ont beau avoir plusieurs siècles, ce sont deux activités DIY qui ne perdent pas en popularité. Grâce aux réseaux sociaux et au 21ème siècle, elles retrouvent cependant une nouvelle jeunesse. Elles s’étoffent et il est désormais possible de dessiner et colorier ses propres cartes de vœux, par exemple, ou encore de s’essayer à la peinture sur céramique pour une vaisselle unique !

Le tricot, la couture et la broderie

Des incontournables du DIY ! Si le tricot, la couture et la broderie semblent avoir sautés une génération, ils sont désormais au cœur des loisirs créatifs. Les objectifs sont globalement toujours les mêmes qu’à l’époque de nos grand-mères (se fabriquer un joli bonnet, une écharpe bien chaude, etc.) mais ils se modernisent également avec le punch needle, par exemple, qui permet de customiser des coussins ou même des peluches !

Le scrapbooking et les loisirs créatifs

Impossible d’envisager le DIY sans le papier. Scrapbooking, origami, papier mâché, PaperCraft… les possibilités de s’amuser, de créer et de penser à autre chose sont nombreuses et c’est tout l’esprit du Do It Yourself. Le papier, dans toute sa simplicité, possède en plus les capacités de séduire toutes les générations et même de les rassembler autour d’une activité commune.

Licorne PaperCraft animaux

Le DIY, une activité pleine d’atouts

Un antidépresseur naturel

C’est assez étonnant mais le DIY pourrait être comparé à une forme de méditation !

Le fait de pouvoir se concentrer sur une seule chose à la fois permet en effet de ne penser qu’à l’instant présent et d’éliminer de nombreuses sources de stress. Il suffit d’ailleurs de demander à n’importe quelle personne pratiquant le tricot ou la broderie : elles vont diront presque toutes qu’elles se sentent nettement plus heureuses, moins anxieuses et beaucoup plus détendues après avoir passé du temps à s’occuper de cette façon.

Le DIY, c’est un vrai moyen pour passer un bon moment et se sentir bien. On peut en plus choisir une activité à pratiquer seul si c’est de cette manière qu’on se ressource le plus mais on peut également opter pour une activité à partager avec nos proches.

Et passer du temps avec les gens qu’on aime à faire quelque chose qu’on aime, c’est l’une des meilleures façons d’être heureux !

Une échappatoire créative

Grâce au Do It Yourself, il est très simple de se déconnecter. Et ça fait d’autant plus que de bien que notre société a de plus en plus tendance à s’aventurer dans la surinformation et la sensation de saturation.

C’est une véritable opportunité pour mettre un coup de frein à ce rythme qui est généralement assez épuisant, dans la veine du Slowlife, d’ailleurs, cet art de prendre le temps. Ça permet en plus de se reconnecter à notre imagination et à notre créativité, qu’on met trop souvent de côté au quotidien. Rien de tel que d’avoir en face de soi un simple morceau de papier et prendre le temps d’imaginer tout ce qu’il pourrait devenir, que ce soit à travers l’origami ou même le PaperCraft.

C’est une façon saine et valorisante de faire travailler notre cerveau, de nous prouver qu’on est capable de réaliser quelque chose de concret en partant de rien ou presque.

Et alors que généralement (notamment au travail), on regarde désespérément l’horloge en attendant la fin de la journée, c’est agréable pour une fois de perdre la notion du temps !

Une valorisation du travail manuel

Le DIY, et toutes les activités manuelles d’ailleurs, c’est également une façon de donner de la valeur à ce qu’on fait. Et dans notre société où tout tend à se dématérialiser, c’est un moyen de se raccrocher aux choses qui comptent vraiment.

Délaissé depuis quelques dizaines d’années, voire même dénigré, le travail manuel fait son retour en force grâce au fait-maison. C’est une sorte de retour aux fondamentaux qui devient presque nécessaire pour redonner du sens à l’existence. Ces derniers temps, de nombreuses personnes changent même carrément de carrière et délaissent leur poste de cadre pour devenir menuisier, céramiste, boulanger ou même fromager.

Le DIY ne demande évidemment pas de bouleverser toute une vie, mais il permet par contre de retrouver les bienfaits du travail manuel et la satisfaction de créer quelque chose par soi-même, avec un certain sentiment d’accomplissement.

Et c’est d’autant plus vrai lorsqu’on retape un meuble pour le mettre chez soi ou qu’on se crée toute une décoration à notre image. Qui correspond parfaitement à notre personnalité !

Un vrai geste éco-reponsable

Adopter le DIY, c’est enfin une vraie tendance de fond pour toute une génération qui refuse de se laisser entrainer par la société de consommation et tous les désastres qu’elle engendre…

Il est vrai que cette activité permet de consommer de manière responsable. On peut facilement dire non au « tout-fait » ainsi qu’aux produits standardisés par la même occasion. Chiner et réparer aide par exemple à éviter le gaspillage. Bouturer des plantes permet de les démultiplier sans avoir besoin d’en racheter. Tricoter ses propres écharpes ou encore se mettre à la couture réduit l’impact sur l’industrie du textile, l’une des plus polluantes au monde.

On peut avoir l’impression que ce ne sont que de petits gestes, mais de plus en plus de personnes se mettent au DIY et tant que le mouvement gagnera en popularité, l’impact ne pourra qu’être plus important.

Et c’est finalement une façon de faire ralentir la surconsommation débutée dans les années 60 et qui n’a pas eu que des aspects positifs !

PaperCraft 3d Animaux

Conclusion sur le DIY

Pas étonnant qu’une fois qu’on s’y met, il soit difficile de décrocher !

Bien plus qu’un simple hobby pour passer le temps, le DIY possède quelque chose d’addictif dans le sens où il permet de booster notre estime de soi, de nous sentir fier de ce qu’on a réalisé tout en nous permettant de nous détendre et parfois même d’être heureux d’avoir fait un geste pour l’environnement.

C’est une activité qui peut donc aller bien au-delà du simple loisir créatif tant qu’on ne perd pas de vue l’objectif principal : se déconnecter pour relâcher la pression !